L'occitan ou langue d'Oc est une langue romane qui s'est développée dès le VIIIe siècle dans la partie méridionale de la France actuelle et dont les premiers textes connus remontent au XIe siècle.
 
Issue de la rencontre du latin véhiculé par l'occupant romain et des idiomes locaux, la langue d'oc est une langue pluridialectale. Elle regroupe en effet les différents dialectes parlés dans une zone allant des Alpes aux Pyrénées et du Massif Central à la Méditerranée.
 
On en compte six : le limousin, l'auvergnat, le vivaro-alpin, le provençal, le languedocien et le gascon. La langue est aussi pratiquée dans plusieurs vallées frontalières des Alpes italiennes et au Val d'Aran, dans les Pyrénées espagnoles.
 
Ici la langue régionale est le languedocien : c'est donc cette variante de l'occitan qui est parlée à la Calandreta dau Clapàs.
 
Au Moyen Age, la langue d’oc connut son apogée grâce aux troubadours qui en firent la langue des arts et de la culture. Mais dès 1539, avec l’édit de Villers-Cotterêts qui impose que la justice soit rendue « en langage maternel français et non autrement », l’Etat cherche à imposer le français sur tout le territoire. Suite à la Révolution française, une politique linguistique hostile aux langues régionales voit le jour. Plus près de nous, l'école de la République est le vecteur du remplacement parfois autoritaire de l'occitan par le français. En outre, la grande variété dialectale de l'occitan devient un handicap dans un monde où la mobilité des populations va croissant. Ces différents facteurs entraîneront le déclin de la langue et la quasi disparition de sa pratique dans la vie quotidienne.
 
Aujourd'hui, la reconquête indispensable de ce patrimoine passe essentiellement par le milieu culturel et associatif, et en particulier par la transmission de la langue aux plus jeunes à travers le réseau des Calandretas.